Tout ce qu'on ne s'est jamais dit, de Celeste Ng

Publié le par LaClaire

Ce roman, classé dans les policiers, est plutôt une étude psychologique fouillée d'une famille confrontée au décès brutal d'une adolescente.

L'événement déclencheur se situe en 1977, dans une ville moyenne américaine. Lydia Lee, 16 ans tout juste, a disparu. On la retrouve noyée dans le lac. Son décès laisse sa famille dans le désarroi le plus total. Pour son père James, professeur d'origine chinoise, Lydia représentait le modèle d'une intégration sociale qu'il n'a jamais su atteindre. Sa mère Marylin la poussait à faire des études de médecine afin de réaliser son propre rêve d'indépendance, interrompu à cause de sa grossesse. Mais son frère ainé Nath et sa petite soeur Hannah savaient que Lydia avait ses secrets, et qu'elle peinait à présenter à ses parents l'image parfaite d'une jeune fille sociable et intelligente.

Comment est morte Lydia ? Le roman explore le passé, les sentiments, les frustrations, les dissimulations de cette famille tellement normale et pourtant dysfonctionnelle. Il en émerge des portraits de personnages attachants, tentant de composer avec l'héritage de leur passé et de leur éducation. C'est très bien décrit et écrit. Difficile de ne pas être touché par la justesse de cette analyse.

La 4ème de couverture évoque Laura Kasischke, et c'est vrai qu'on sent une parenté entre les deux romancières.

Publié dans Littérature US, Polars

Commenter cet article