Un homme très recherché, de John Le Carré

Publié le par LaClaire

http://polars.pourpres.net/img/?http://ecx.images-amazon.com/images/I/41zcv6vwFJL._SL500_.jpgRetour chez les espions avec Un homme très recherché, de John Le Carré.

 

Annabel est une jeune avocate qui travaille dans une association d'aide aux migrants, à Hambourg. Idéaliste, elle prend très à coeur le cas de Issa, un jeune musulman tchétchène sans papiers. Il a eu un parcours très difficile, de prison russe en prison turque, suite à la guerre en Tchétchénie. Il porte sur son corps des traces de torture.

 

Mais il transporte également la clé de son avenir : celle d'un coffre donnant accès à un compte dans une banque anglaise de Hambourg, qui sert à blanchir l'argent extorqué par son père, un officier russe. Né du viol de sa mère, le jeune homme rejette complètement son origine russe, et l'héritage de ce père haï. Il trouve refuge dans la religion et rêve de devenir médecin. Il ne veut pas toucher à cet argent impur.

 

Peu à peu, Issa se sent en confiance avec Annabel. L'avocate entre en contact avec le directeur de la banque, un Anglais d'une soixantaine d'année, Tommy Brue. Naïf et plutôt honnête pour un banquier, il est l'héritier de l'inventeur des comptes louches détenus par sa banque. Il tombe sous le charme d'Annabel et se met en quatre pour aider Issa.

 

Ce trio improbable attire l'attention de plusieurs bandes d'espions : allemands, anglais, américains. Günther Bachmann, l'agent secret allemand de Hambourg, réussit à manipuler Annabel pour qu'elle persuade Issa de confier son héritage à un imam soupçonné de financer le terrorisme islamiste, afin de le mouiller et de le retourner. Mais son projet est controversé par sa hiérachie et chez ses homologues anglo-saxons ...

 

Dans ce noeud de vipères, quelles sont les chances de Issa, Annabel et Tommy ?

 

John Le Carré est maître dans l'art de camper des personnages dont on se sent rapidement très proches. Issa, attiré par un Islam radical, est-il un terroriste ou un jeune homme perdu ? Comment Annabel va-t-elle mettre ses idéaux de côté pour participer à cette manipulation ? Pourquoi un banquier fort respectable va-t-il jouer sa réputation pour aider un sans-papier ? Le cheminement de chacun est très bien expliqué, par petites touches.

 

De l'autre côté, le machiavélisme  des espions, à la solde de politiques sans scrupules, fait froid dans le dos. Le Carré décrit un monde désabusé, où la naïveté et l'idéalisme se font piétiner par les intérêts des nations dominantes. Il le fait avec beaucoup de lucidité et une touche de distinction très british. Mais ça fait peur.

 

J'ai lu ce roman avec plaisir, même s'il me parait assez similaire, dans ses personnages et sa construction, avec le précédent.

Publié dans Littérature anglaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article