Un lieu incertain, de Fred Vargas

Publié le par LaClaire

http://polars.pourpres.net/img/?http://polars.pourpres.net/img/?http://ecx.images-amazon.com/images/I/410jzjHUlFL._SL500_.jpgFinalement, j'en avais raté beaucoup, des polars de Fred Vargas : par exemple Un lieu incertain.

 

Adamsberg et Danglard sont en congrès à Londres. Peu concernés par "la maîtrise des flux migratoires", le commissaire et son adjoint préfèrent se balader le soir en compagnie d'un flic anglais. Un peu par hasard (ou non),  ils tombent sur une scène d'horreur : 17 chaussures, chacune munie chacune de son pied, font face au cimetière de sinistre mémoire, Highgate. Il parait qu'il est, ou a été, fréquenté par des vampires...

 

De retour à Paris, les 2 collègues basculent dans une horreur encore plus grande : dans un pavillon cossu de Garches, un corps est retrouvé déchiqueté en morceaux de taille inférieure à 3 cm. Abasourdis par ce carnage, les membres de la brigade d'Adamsberg entament une enquête de proximité. La victime est une personne agée, un journaliste judiciaire à la retraite, plutôt misanthrope. Quelques candidats suspects se dessinent : son fils avocat, qu'il a longtemps renié ; son jardinier Emile, au lourd passé de violences ; un inconnu dont l'ADN est retrouvé sur un mouchoir dans le jardin...

 

Un des adjoints du commissaire, Mordent, donne l'occasion à Emile de s'enfuir, alors que sa garde à vue est décidée. Une fuite dans la presse permet au suspect inconnu de prendre le large. Tout cela n'est pas bon pour la réputation d'Adamsberg, dont les méthodes floues ne font pas l'unanimité dans sa hiérarchie. A moins qu'il ne s'agisse d'un complot pour l'écarter de cette affaire ...

 

Et le commissaire, quel est son avis sur les suspects ? Malgré les indices concrets, son intellect hors norme le pousse à suivre une piste plus que ténue : elle l'entraine en Serbie, dans un village hanté par des croyances ancestrales ... Qui sait ce qu'il en ramènera ....

 

On retrouve toujours avec plaisir le commissaire Adamsberg, ses errances, ses intuitions, et aussi ses collègues : Retancourt, Danglard, Froissy, Escalère... Fred Vargas est spécialiste des personnages décalés et très réalistes en même temps. L'intrigue prend racine au fond des légendes terrifiantes des Carpathes, pour s'incarner dans le XXème siècle. Le prologue, dans un Londres crépusculaire, est vraiment réussi.

 

Par contre, j'ai trouvé certains rebondissements plutôt capillotractés. L'intuition d'Adamsberg, qui lie l'affaire londonienne et l'affaire française, pour aller chercher une solution en Serbie, est plus que douteuse, même pour un pelleteur de nuages. Le vieux Serbe providentiel qui a toutes les réponses, c'est pas mal téléphoné aussi... Quant à la cabale contre Adamsberg, je n'ai pas bien vu ce que ça apportait à l'histoire.

 

On lit le tout avec plaisir quand même, mais ce polar n'est pas le meilleur de Vargas.

Publié dans Polars

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sabine 18/03/2012 20:54

ouaip, ce n'est pas son meilleur...