Carthage, de Joyce Carol Oates

Publié le par LaClaire

Carthage, de Joyce Carol Oates

Une jeune fille a disparu. C'est Cressida Mayfield, 19 ans, la seconde fille de l'ancien maire de Carthage, Zeno Mayfield et de sa femme Arlette. Cressida est "l'intelligente" de la famille, menue et peu féminine, surtout en comparaison de sa grande sœur, la belle et parfaite Judith. Sarcastique et complexée, elle a du mal avec les relations sociales.

Le soir de sa disparition, alors qu'elle devait passer la soirée chez une camarade, Cressida a été vue dans un bar un peu louche avec l'ex fiancé de Judith, Brett Kincaid. Revenu depuis peu d'Irak, le jeune caporal est défiguré et psychologiquement instable, ce qui a fini par causer la rupture de ses fiançailles. Il est rapidement arrêté, car on retrouve du sang dans sa voiture. Sous un mélange de médicaments et d'alcool, il ne se souvient pas de la soirée. Après quelques semaines, il finit par avouer le meurtre de la jeune fille, mais le corps n'est pas retrouvé...

Voici les faits de départ, mais Joyce Carol Oates s'attache surtout à décrire les sentiments. Passant d'un point de vue à l'autre (Cressida, Zeno, Judith, Brett, Arlette...), elle nous raconte peu à peu la complexité de leurs relations et de leurs sentiments réciproques. Le traumatisme subi par Brett à la guerre est le déclencheur d'une série d'évènements qui détruit la vie de ses proches.

Une scène centrale très forte montre la visite d'une prison pour détenus de longue durée, en passant par la chambre d'exécution des condamnés à mort.

Roman vraiment prenant, implacable et précis. Comme à chaque fois, Joyce Carol Oates sait analyser l'âme humaine avec pertinence et subtilité, dans une écriture fluide et juste.

Publié dans Littérature US

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sabine 11/06/2016 15:51

tu lis des romans pas drôles, en ce moment ! (mais il est vrai que des romans drôles, il faut beaucoup fouiller avant d'en trouver un !)

LaClaire 11/06/2016 16:18

Ah oui c'est vrai, mais ça ne me gène pas tant que c'est intéressant...